Design et uniques, les boutique-hôtels déferlent sur Paris

Entrepreneur

Fleurissant un peu partout dans Paris, les boutique-hôtels proposent une offre personnalisée et thématique pour le plus grand plaisir des voyageurs. En effet, ces établissements offrent enfin une alternative entre les palaces aux prix inabordables et les hôtels de chaîne sans saveur.

Avec ses 84,5 millions de touristes chaque année, dont 67 millions d’européens, la France est le pays le plus visité au monde. Cette situation n’est ni nouvelle, ni surprenante, il ne faudrait pas pour autant la banaliser. Un simple florilège de chiffres démontrent la pleine puissance du tourisme sur l’économie et le rayonnement de la France dans le monde. La consommation touristique intérieure  s’élève à 158,9 milliards d’euros en 2016, soit 7,1% du PIB. Le tourisme français c’est 303 100 entreprises qui emploient 1,27 million  de personnes pour un chiffre d’affaires total de 167,8 milliards d’euros en 2015. Un secteur prospère qui aiguise de nombreux appétits, notamment en matière de logement. Le marché de l’hôtellerie en France c’est 18 382 hôtels, dont 1 573 rien qu’à Paris, et près de 660 000 chambres. Evidemment, depuis l’arrivée de Airbnb et des plateformes d’hébergements entre particuliers, on pourrait croire qu’une guerre est déclarée. Mais il n’en est rien. Explications.

Hôtellerie classique versus Airbnb : les faux ennemis

Depuis sa création en 2008, Airbnb connaît un succès exponentiel partout dans le monde. En chassant sur les terres des hôteliers, on pourrait croire que la société américaine met à mal tout un système prospère et rentable. C’est une idée reçue car ces acteurs n’ont pas du tout la même clientèle. Pour preuve, Hilton, le second groupe hôtelier mondial, enchaîne depuis trois ans les résultats records, tandis que Marriot, propriétaire d’établissement de standing, enregistre 780 millions de bénéfices en 2016. AccorHotels, leader européen de l’hôtellerie, voit également ses résultats tirés vers le haut depuis deux ans. L’univers douillet de l’hôtellerie moyen et haut de gamme reste un repère privilégié pour la clientèle d’affaires. De son côté, Airbnb séduit une clientèle jeune, aventureuse et lassée d’une hôtellerie ennuyeuse et trop traditionnelle dans ses codes. S’ils n’entrent pas en confrontation direct, ces deux acteurs du marché ont pourtant un point commun ou plutôt un ennemi commun : les boutique-hôtels. Ces établissements d’un nouveau genre souhaitent séduire autant les clients de l’un, voyageurs d’affaires, que de l’autre, population jeune et branchée. C’est dans ce nouveau trio improbable que se situe la nouvelle guerre du marché de l’hébergement touristique.

Les boutiques-hôtels : la liberté d’un Airbnb alliée au service luxe d’un grand hôtel

Les boutique-hôtels désignent des petits hôtels au caractère unique. Décalés ou design, modernes ou vintage, ces hôtels concepts fleurissent un peu partout dans le monde, notamment à Paris. Les premiers hôtels de ce genre sont originaires des Etats-Unis, en plein milieu des eighties, et étaient au départ des hôtels de moins de 50 chambres décorés par leurs propriétaires avec des objets chinés et disponibles à la vente. Il suffisait alors de regarder la petite étiquette accrochée à une table ou un luminaire pour voir le prix et ainsi se l’offrir selon son bon vouloir. Largement globalisés depuis, les boutique-hôtels s’opposent aux logements sur Airbnb et aux chaînes hôtelières standardisées grâce à leur identité et leurs thématiques propres. À travers 6 critères de différenciations, ces nouveaux établissements rebattent les cartes du logement de luxe.

La décoration et le design

Un des critères les plus importants, passant par un mobilier design et luxueux ou complètement décalé. La décoration de l’hôtel est minutieusement pensée pour correspondre au concept du boutique-hôtel et ainsi mettre en avant son unicité. Dans la grande majorité des cas, chaque chambre est différente et dégage une véritable personnalité. D’ailleurs, vous pouvez tout à fait trouver des boutique-hôtels entièrement pensés par Philippe Stark, Jacques Garcia ou encore Christian Lacroix.

L’architecture

Une boutique-hôtel se distingue aussi par l’architecture du bâtiment qui se doit d’être singulière et de raconter une histoire. On peut trouver ces concepts dans de beaux bâtiments historiques, de vieilles maisons rénovées ou dans un immeuble ultra-moderne. On fuit la standardisation au profit de l’expérience unique.

Le service

Comme dans une chaîne hôtelière de standing, les services proposés sont haut-de-gamme. Un luxe cependant revisité dans ses codes car la cible, une jeunesse CSP+, n’a parfois que faire des accoutrements et du cérémoniale propre au prestigieux hôtels. Du luxe oui, mais décontracté.

La capacité d’accueil

Vient après la capacité d’accueil, qui est de 100 chambres au maximum, même si, exceptionnellement, certains dérogent à la règle et ont une offre supérieure. L’idée est de ne pas tomber dans la surpopulation, l’impression désagréable d’être dans un club de vacances pour milliardaire. Le nombre réduit de chambre entraine une impression d’anonymat et de privilège.

La localisation

La localisation est très importante car elle se trouve aux antipodes des hôtels de luxe. Pas de “ Triangle d’or” ici, une boutique-hôtel privilégie des quartiers dynamique et branchés. La clientèle ne souhaite pas déambuler sur l’avenue Montaigne mais plutôt près du Canal Saint-Martin ou dans les quartiers des Batignolles et Abbesses-Caulaincourt.

L’indépendance

Parce que oui, les boutique-hôtels sont des propriétés uniques, à l’opposé donc des chaînes hôtelières. Se développe alors un sentiment d’appartenance plus profond, car le voyageur à l’impression de venir en vacances chez des amis.

Voici notre sélection de 5 boutique-hôtels parisiens

Le Mama Shelter

Certainement le plus connu car il bénéficie de l’aura de son décorateur : le designer star Philippe Stark. Le Mama Shelter est un boutique-hôtel design et branché, un brin décalé, qui se situe dans le 20ème arrondissement de Paris, près du Père Lachaise. Idéal donc pour aller rendre hommage aux plus grands : Oscar Wilde, Edith Piaf ou encore Jim Morrisson. Cet établissement mise avant tout sur le sentiment de détente, de pause urbaine. Un endroit où l’on se réfugie lorsque les bruits de la ville deviennent assourdissants, que ce soit pour travailler, rêver ou se reposer. D’ailleurs, Mama Shelter peut se vanter d’avoir été élu « meilleur rooftop de Paris » par Vogue en juin 2017 et pour cause : transats, hamacs, parasols et fauteuils Emmanuelle. Pour ce qui est des chambres, élégantes, sensuelles et légèrement improbables, elles ont été conçues de A à Z par Philippe Starck. Après, vous avez le choix : de la Small à l’XXL, avec ou sans terrasse, chambre famille, couple ou amis… Pour reprendre des forces, le Mama Shelter propose un bar îlot, une pizzeria avec four à bois et un restaurant tenu par l’inventif Guy Savoy, 3 étoiles au Guide Michelin.

Le Pershing Hall

Bien caché dans un ancien hôtel particulier, le Pershing Hall est en vérité un hôtel 5 étoiles ultra design. Situé dans le VIIIème arrondissement, l’hôtel accueille ses clients dans un espace qui se veut calme, dépaysant et élégant. Construit sous l’Empire, l’histoire de l’hôtel particulier est un roman à l’eau-de-rose à lui tout seul : amour, guerre, haute société et politique, un vrai Tolstoï. Sa spécificité ? Son superbe bar lounge et son mur végétal qui rappelle les théâtres italiens, le dépaysement est total ! L’établissement se compose de 26 chambres dont 10 suites, décorées par Andrée Putman. Chacune est design, épurée, high tech et bien sûr décorée d’œuvres d’artistes contemporains. Repensée en 2001 par l’artiste, la décoration des chambres est grandiloquente arborant chacune un miroir tryptique, œuvre majeure de la décoratrice. L’hôtel de luxe soigne le plus petit des détails pour que sa clientèle vive une expérience unique : petit-déjeuner au lit, espace fitness et bar à champagne.

Le Kube

Le Kube c’est un mélange entre cooconing scandinave et imaginaire post-apocalyptique. Situé près de Montmartre et de la Gare du Nord, l’hôtel propose environ 40 chambres et suites. Notre préférée ? La Suite Nordik : 45m², lit surélevé, terrasse et baignoire. Elle fut créée pour ressembler à un véritable iceberg échoué.Les autres chambres sont lumineuses et confortables et arborent des lumières bleues, jaunes et noir ainsi que du plexiglas et des lits oversized. Mais ce qui fait du Kube un hôtel si spécial c’est son bar. Tables en glace et troncs d’arbres, température ambiante de -18°, le Ice Kube Bar se veut être le point central d’une ville détruite par une vague de froid emprisonnant ses habitants dans la glace. Une expérience inédite qui nécessite de boire un excellent cocktail afin de remonter en température. Il ne reste plus qu’à organiser des chasses à l’élan et pour sûr, le voyageur se retrouvera vraiment plongé en pleine Scandinavie.

Le Vice Versa

Vous avez toujours rêvé de vivre dans la luxure ? Ça tombe bien, le Vice Versa, c’est le premier hôtel basé sur… les 7 péchés capitaux. Au programme : 37 chambres réparties sur 7 étages dont chacune représente un péché. C’est Chantal Thomas qui a pensé et décoré chaque chambre pour représenter ces sept thèmes bibliques. Du sol au plafond, la décoration allie design et imaginaire millénaire. Si la chambre Luxure et son ambiance dentelle, rose et noire ne vous convient pas, optez plutôt pour la Gourmandise et son ambiance salon de thé et macarons.  Dans la suite Avarice, le voyageur sera entouré d’une déco “billet de banque”, la chambre Colère affiche de douteux révolvers sur la moquette tandis que l’Orgueil satisfera toutes vos envies princières. Enfin l’Envie est réservé aux shopping-addict tandis que la Paresse est une ode à la plénitude bucolique. Mais avant de céder à un de ces péchés, vous êtes promis au Paradis blanc. En effet, ce boutique-hôtel du 15ème arrondissement accueille les voyageurs dans un lobby blanc immaculé. Puisque l’enfer est pavé de bonnes intentions, n’hésitez pas à passer une tête au hammam, tout de rouge et de noir, couleurs du purgatoire. Et puis bien sûr vous craquez et venez prendre votre petit-déjeuner dans le restaurant Gourmandise, ambiance cupcakes, marshmallows et gâteaux à la crème. Enfin, pour terminer ce périple dantesque, rendez-vous au bar Honesty afin de déguster un grand cru ou cocktail réalisé par vos soins. Basé sur la confiance, c’est un bar en libre service, vous consommez puis vous indiquez ensuite à la réception ce que vous devez pour payer.

L’Original

Entre fantastique et poésie, Alice au Pays des Merveilles et Tim Burton, réel et imaginaire, voilà les mots qui décriraient le concept que propose l’hôtel Original. Situé Boulevard Beaumarchais entre la place de la Bastille et la place des Vosges, cet endroit plonge le voyageur dans un monde décalé et surréaliste. Pensées par la créatrice Stella Cadente, chacune des 38 chambres a son propre thème. Forêt enchantée, Peau d’Âne, la chambre d’Or… Chaque lieu entraîne une réminiscence de notre passé enfantin glorifié. Bagagerie, blanchisserie, jacuzzi et personnel au petit soin avec vous, rien de tel pour remonter le temps dans votre enfance le temps d’une nuit.

Les boutique-hôtels, au service d’une nouvelle expérience client

Qu’importe finalement le lieu, le prix ou la qualité du restaurant, dans un boutique-hôtel l’expérience client prime avant tout.  Durant le début du 21ème siècle, l’expansion massive des chaînes hôtelières standardisées, caractérisées par un service aseptisé et des lieux immenses, ont eu raison de la génération Y. La mentalité mercantile de ces jeunes adultes est différente de celle de leurs aînés, pour eux : posséder c’est bien, mais vivre une expérience c’est mieux. Cela est particulièrement vrai dans le secteur haut-de-gamme et du luxe.  Nés entre 1980 et 1995, ces clients attendent plus qu’une simple chambre et un buffet pour le petit déjeuner, ce qu’ils souhaitent, c’est se sentir unique. Ce besoin est comblé par l’expérience client que proposent les boutique-hôtels : surprise, personnalisation, service sur-mesure, proximité avec la clientèle, design unique très facilement “instagrammable”. En soi, les boutique-hôtels ne vendent plus un produit, mais un storytelling.

Expérience et storytelling, le « Why »

Le concept de créer une entreprise en commençant par le “Why” vient de Simon Sinek, conférencier et écrivain britannique. En 2009 il publie son livre « Start with Why: How Great Leaders Inspire Everyone to Take Action » qui devient rapidement un best-seller. La même année, il donne une conférence TED, « How Great Leaders Inspire Action » où Sinek donne sa définition du leadership dans l’univers du business. Cette intervention se place d’ailleurs parmi les 10 conférences TED les plus appréciées, avec plus de dix millions de vues en 5 ans.

Pour Sinek, un leader c’est quelqu’un qui a des personnes qui le suivent, des followers et qui vont dans la direction donnée par celui-ci. Un leader c’est quelqu’un (ou une entreprise dans notre cas) qui inspire. Et c’est ce mot « inspirer » qui fait toute la différence pour une société.

En effet, les entreprises qui ont le plus de succès inspirent et c’est en commençant par le « why » qu’elles sont capables de créer des communautés et d’engendrer une attente, un manque, une ébullition lors de la sortie d’un produit .

Le « why », c’est pourquoi l’entreprise existe, ses valeurs, ses idées, son storytelling. En gros, elle communique en commençant par « pourquoi nous sommes là ». Ensuite, elle explique le « how », sa différenciation, ce qui fait qu’elle est unique et se distingue des autres. Enfin, et seulement enfin, elle va parler du « what », c’est-à-dire son produit, ses spécificités, ou encore les résultats de ce en quoi elle croit.

Et les gens achètent ce en quoi vous croyez.

C’est encore un peu flou ? Prenons un exemple parlant : Apple. Comment l’entreprise américaine a-t-elle réussi à supplanter toutes les autres marques d’ordinateurs ? Eh bien elle a communiqué en commençant par son « why » :

« Nous sommes ici pour changer le status quo, nous croyons au ‘penser différemment’ » (le why), « ils sont simples d’utilisation et ont un beau design » (le how), « nous produisons de bons ordinateurs » (le what).

Apple a créé une véritable communauté, qui la suit sans se poser de question, allant du simple fan des iPhones, aux early adopters.

Ce concept d’expérience, du « Why », est loin de se limiter au secteur de l’hôtellerie. Chez Fred nous redéfinissons l’expérience de la comptabilité. Notre “why”, faire des chef d’entreprises, des entrepreneurs à succès. Notre “how”, en donnant du sens à leur comptabilité. Notre “what”, une solution comptable qui les décharge des tâches les plus compliquées et ne leur montre que les infos vraiment utiles. Pour en savoir plus, prenez rendez-vous avec Mattias notre spécialiste expérience client en cliquant ici.