Manifestes : une agence, un collectif, un magazine.

Entrepreneur

Au croisement de plusieurs disciplines, Manifestes est une agence qui magnifie l’image de ses clients en produisant des supports vidéos, photographiques et rédactionnels d’une justesse et d’une élégance rafraîchissante. Julie (Planneuse Stratégique) et Laure (Directrice de Création) nous racontent Manifestes.

💎 Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la façon dont vous vous êtes rencontrées ?

Laure : Julie et moi nous nous sommes rencontrées chez TBWA, Julie y a passé 8 ans en temps que consultante et moi j’ai été Directrice Artistique digital pendant 3 ans. Nous avons travaillé ensemble sur quelques clients ou prospects de l’agence comme Four Seasons Hotels, Ballantine’s ou Martell, nous avons même fini par faire un film ensemble. Nous habitions le même quartier, chemin faisant, nous sommes devenues amies puis finalement associées !

💎 Quelles sont les raisons qui vous ont poussées à opter pour la création d’une agence hybride qui soit aussi un magazine et un réseau fonctionnant à la manière d’un collectif ?

Julie : Manifestes a plusieurs visages, à la fois une agence de conseil en communication, réseau de talents et magazine en ligne.
Le magazine nous pousse à l’exploration et aux rencontres qui nourrissent notre réseau de talents. Ces deux facettes alimentent elle-même le volet agence. Manifestes est un cercle vertueux. Aujourd’hui, nous n’avons pas encore l’ambition de devenir une agence de 50 personnes, nous préférons opérer comme des chefs d’orchestre bien entourées. On travaille avec de nombreux créatifs dont des musiciens, des chefs, des mixologistes ou des graphistes que l’on fait travailler de façon ad-hoc sur différents projets. Nos clients aiment savoir que Manifestes est aussi une agence, ils suivent nos actualités et inspirations sur les réseaux sociaux et nous font souvent des commentaires positifs à ce sujet.

Lookbook Géraldine Delle-Vedove : DA et production par Manifestes, photographie par Chris Roman.

💎 Comment travaillez-vous et quel est votre positionnement sur ce secteur aussi concurrentiel ?

Julie : Pour tous nos projets, nous rentrons systématiquement par le volet stratégique qui nous permet d’asseoir solidement les fondamentaux de marque. C’est avec la même exigence que nous abordons le volet créatif. C’est en cela que notre team Strat-Créa avec Laure fait du sens. Egalement, le fait de nous positionner comme des chefs d’orchestre et de nous entourer de ressources créatives polymorphes nous permet clairement de nous différencier. Pour tous nos projets, nous sommes en mesure de délivrer des solutions pertinentes qui associent le conseil global à une création high-end, le tout avec une grande souplesse.

💎 Quelle est la campagne que vous avez réalisé et qui représente le mieux votre ADN ?

Julie : Sans doute celle que nous avons réalisé pour la fermeture provisoire de l’Hôtel Barrière le Fouquet’s et de sa Brasserie sur les Champs Élysées. La typologie de ce client (Hôtellerie Luxe) et la nature même de ce qu’on a produit pour eux est très représentatif de ce qu’on a l’habitude de faire. C’est à dire un socle stratégique fort et juste avec une incarnation créative aspirationnelle. La signature de marque que nous avons composé pour l’occasion “L’âme de Paris a une adresse » a également beaucoup séduit les clients qui se sont retrouvés dans notre recommandation.

💎 Êtes-vous devenues expertes en matière de vidéo sur le web ?

Laure : A la base, je suis DA digital, c’est un poste que j’ai occupé dans plusieurs grandes agences. Je sors aussi de l’Ecole des Gobelins, le digital fait donc clairement partie de mon ADN et de celle de Manifestes. Les vidéos sur internet font sont une de nos nourritures quotidiennes, au même titre que d’autres types de publications. C’est une source d’inspiration importante pour nous.

💎 Et donc comment le digital influence-t-il votre travail ? Y-a-t-il des vidéos Youtube qui vous ont marqué ?

Laure : Manifestes n’est pas une agence spécialisée dans le digital mais dans la marque dans sa globalité. Nous nous intéressons autant à l’esthétique du digital qu’à ses mécaniques à proprement parler. En ce moment, on est très inspirées par les expériences de processing design, l’esthétique post- internet, les créations collectives ou issues de l’UGC, la façon dont l’esthétique digitale « accidente » le design et investit les autres champs d’expressions, etc..
En ce qui concerne les vidéos sur Youtube, je dirais que ce n’est pas forcément la plateforme vers laquelle on va aller spontanément lorsque l’on cherche du contenu (on aura plutôt tendance à aller sur Viméo ou Nowness par exemple). Il y a cependant des vidéos qui nous ont profondément marquées. Dernièrement on a beaucoup aimé la vidéo de Nike, « we believe in the power of love » qu’on a retrouvé sur Youtube, sans pour autant y faire de la veille.

💎 Croyez-vous que ces plateformes soient devenues aussi incontournables que leur alter-égo cathodique ?

Julie : La typologie des sujets sur lesquels nous travaillons nous ont un peu détourné de la télévision tant pour des raisons légales (la Loi Evin en France ne nous permet pas de faire de TV en France pour des marques de spiritueux) ou de typologie de sujets (nous travaillons souvent pour des problématiques de Global Travel Retail sans lien avec la TV ou nos clients issus de l’univers du Luxe préfèrent parfois passer par du print).

Après en terme de média, Youtube est clairement devenu une plateforme qu’on utilise de manière aussi quotidienne que la télévision. Par contre ce n’est pas la même utilisation, Youtube est plutôt dédié à des formats courts et permet de jumper d’un contenu à un autre ce qui est super intéressant. Ça permet d’avoir une vision plus étendue d’un sujet. La télé en revanche correspond plus au besoin que l’on a parfois d’être passifs. Contrairement à Youtube qui implique de faire des recherches, de trier etc… Cette plateforme demande un certain effort alors qu’on aura toujours ce besoin presque vital de glander en appuyant simplement sur le bouton “on”.

💎 Avez-vous déjà envisagé d’utiliser des stories Snapchat, Facebook live ou Instagram live pour l’un de vos clients ?

Laure : Nous nous intéressons beaucoup à ces nouveaux formats même si nous n’avons pas encore eu l’occasion de les recommander à nos clients. Clémence, qui vient juste de rejoindre l’équipe est super accro aux stories sur Snapchat et Instagram ! Elle connaît bien leurs fonctionnement, elle sera riche d’enseignement pour nos prochains projets.

💎 Une marque pour laquelle vous travaillez dans vos rêves les plus fous ?

Laure : Julie et moi n’avons pas la même réponse à cette question ! Je rêve de travailler pour Hermès. C’est une marque qui m’inspire et que j’admire depuis toujours.

Julie : Oui en effet, la marque pour laquelle je rêve de travailler est surtout celle que j’aurais contribué à rendre belle, que j’aurais aidé à se révéler. J’aime bien l’idée de laisser une empreinte dans la vie d’une marque.

💎 Avec quel artiste aimeriez vous collaborer ?

Laure & Julie : Alors là par contre on est d’accord : Mathias Kiss.

 

💎 Le clip qui vous a le plus marqué en ce début d’année ?

Laure & Julie : On s’est enthousiasmées sur cette question mais on a pas réussi à n’en choisir qu’un seul donc du coup on va t’en donner 3 :
🎥 My willing heart de James Blake
🎥 Atlantis d’Azealia Banks
🎥 Divine in love de Victoria + Jean

💎 On entend souvent dire que les créatifs ne sont pas les meilleurs gestionnaires… Est-ce pour cette raison que vous avez fait appel à Fred de la compta ?

Laure : En fait on est des super gestionnaires, si on a fait appel à lui c’est surtout pour gagner du temps !

💎 Une publicité de votre enfance qui vous a marqué ?

Julie : « 1984 » d’Apple et toute la saga Absolut ! Quand mes copines voulaient devenir coiffeuses ou princesses, moi je voulais déjà faire de la pub. À cette époque là je fantasmais déjà sur les campagnes de l’agence dans laquelle j’ai passé pratiquement 10 ans, TBWA !

💎 Et comment avez-vous rencontré Fred ? Quelle est la nature de votre relation ?

Julie : Nous avons rencontré Romain Legresy (notre CMO-maître-du-monde chez Fred qui est également ceinture noire de zouk troisième dan à ses heures) au tout début de l’aventure Manifestes, puisqu’il était le DA d’un artiste qui s’appelle Jérémie Renoir. Tout est parti d’une jolie et inspirante interview !