Notre sélection de 5 food trucks parisien à tester d’urgence

Entrepreneur

Importé tout droit des Etats-Unis, le concept du food truck se décline à toutes les sauces depuis plusieurs années en France. Avec l’arrivée des beaux jours, Fred vous dévoile ses 5 camions cantine préférés.  

Selon les chiffres de l’association « Street Food en mouvement », on dénombrait en France en 2017 environ 650 food trucks. Depuis trois ans, il s’en crée même entre 150 et 200 chaque année. Un soudain engouement pour les déjeuners sur le pouce ? Pas vraiment, car la France a une tradition bien ancrée en la matière entre son incontournable “jambon-beurre”, ses baraques à frites et ses camions pizzas. Pourtant depuis 2011, un vent nouveau souffle avec la multiplication de ces popotes roulantes. Le consommateur a tellement l’embarras du choix qu’il ne sait plus où donner de l’appétit. Pour l’aider, il existe même des applications comme track the truck qui permet de géolocaliser les restaurants mobiles autour de soi et de trouver toutes les informations possibles.

Après plusieurs pauses midi à crapahuter dans Paris à la recherche de la perle rare, nous avons réussi à accorder nos violons chez Fred. Voici notre top 5.

Tooq Tooq fait voyager vos papilles en Thaïlande

Le soleil vous donne envie de vous prélasser sur les plages de Phuket avec une Singha à la main ? Foncez-donc chez Tooq Tooq, le spécialiste ambulant de la cuisine Thaï. May et Enzo dans leur camionnette violette régalent les parisiens depuis quatre ans, avec des incontournables de la gastronomie du « Pays du Sourire ». Au menu le traditionnel côtoie l’original : pad thaï, soupe de poulet à la citronnelle, wok parfumé à la menthe, mais aussi leur fameuse soupe de banane au lait de coco et perle de pandon. Les sauces sont entièrement faites maison, et les propriétaires font la guerre au glutamate, un exhausteur de goût très présent dans la cuisine asiatique. Situé généralement devant la MK2 Bibliothèque ou à proximité de la porte d’Ivry, Tooq Tooq est rapidement pris d’assaut, il faudra donc vous armer de patience. Petite astuce, il est possible de réserver le food truck pour un événement d’entreprise, ils vous livreront alors leurs mets goûteux directement dans votre open-space.

Instagram

El carrito de Clasico Argentino pour découvrir l’Argentine

Après avoir ouvert plusieurs restaurants argentins, les Clasico Argentino, Enrique Zanoni et Gaston Stivelmaher décident en 2012 de créer leur food truck : El Carrito. Un nom venant des chariots ambulants d’Amérique du Sud des années 50, qui vendaient des glaces, des bonbons et des ceviches. El Carrito fait voyager les parisiens en plein dans la Pampa avec notamment ses célèbres empanadas, une spécialité en forme de chausson garnie de différentes viandes et fromages. Fort de son succès, le chariot à 3 roues noir s’est déjà déplacé chez Canal +, à la Fondation Vuitton ou encore près des locaux parisiens de Google… Il peut même être privatisé pour des événements. Les prix sont relativement doux, comptez 3€ l’empanada accompagné de Chimichurri, une sauce à base de persil, d’origan, d’ail, de ciboule, de piment rouge. Caliente !

Instagram

Bügelski, bagels et delicatessen

Après un gros burger en plein soleil, votre après-midi au bureau risque de ne pas être des plus productives, même si vous êtes un adepte du « deep work ». Pour un encas plus léger et plus digeste, nous vous conseillons les bagels de Bügelski. Le concept de Cyril Dedieu prend la forme d’un « Delicatessen food truck », où vous pouvez vous régaler de ces fameux sandwichs américains. D’inspiration New Yorkaise et Montréalaise, le delicatessen est un lieu hybride dans lequel il est possible d’acheter des produits frais, au poids et à la coupe et où l’on peut se restaurer. Généralement implanté dans des quartiers populaires, le delicatessen est une alternative au fast food avec sa nourriture saine. Ce commerce de proximité joue un rôle de socialisation, à la manière du « café – bistrot » français . D’ailleurs, si vous êtes cinéphile adepte de Martin Scorsese, vous aurez remarqué que le réalisateur sublime souvent dans ses films cet endroit atypique.    Mais revenons à nos bagels. Chez Bügelski, tous les jours vous avez le choix entre 4 versions (pastrami, dinde rôtie et fumée, filet de poulet rôti et saumon fumé) mais aussi des recettes spéciales, que vous pouvez accompagner d’un accompagnement soft comme de la salade. Les formules commencent à 9€ et sont relativement copieuses. Généralement situé en proche banlieue parisienne, il va vous falloir faire un peu de route pour découvrir le (bon) côté de la cuisine américaine.

Twitter

Mozza & Co, direction l’Italie

Paré pour un petit voyage gustatif en plein coeur de la Campanie ? Depuis 2013, les amateurs de gastronomie transalpine n’ont qu’un mot à la bouche : Mozza & Co. Dans ce food-truck, la mozzarella se décline sous toutes ses formes. Choisissez parmi 4 variétés de mozza et associez-les avec des produits venus directement d’Italie : charcuterie, légumes ou  rour simplement sur nid de roquette ! Mention spéciale pour la stracciatella di Burrata qui est à tomber par terre. Petit conseil : vérifiez quand même régulièrement s’il n’y a pas une petite mozza surprise à la carte. Overdose de fromage ou tout simplement allergique au lactose ? No worries, Mozza & Co propose aussi des pâtes fraîches, des pains Focaccia, Ciabatta ou Bruschetta toastés minute typiquement italiens et des parts de pizzas al Taglio, avec l’accent tonique de préférence. Pour le dessert, évidemment on hésite entre l’incontournable tiramisu, la panna cotta ou la focaccia Nutella. Prévoyez entre 9€ et 13€ pour un menu. Pour déguster ces produits plusieurs choix s’offrent à vous : la livraison, la dégustation food truck au 11 quai Anatole France ou dans leurs points de vente physique rue du Faubourg Poissonnière ou à Vallée Village. Baci

Instagram

Le camion qui fume, l’emblématique food truck parisien

Le véritable précurseur, c’est lui ! Inspirée par les burgers de son enfance en Californie, Kristin Frederick lance en 2011 Le Camion qui fume, le tout premier food truck à succès francilien. Au début, l’adresse se murmure de bouches à oreilles d’initiés. Avec ses septs recettes et son “burger du moment” toujours étonnant, le Camion rassasie les inconditionnels  de la cuisine de l’oncle Sam. Rapidement dépassée par le succès de son camion au logo rouge et bleu – devant lequel les amateurs peuvent attendre parfois plus d’une heure – Kristin lance un second camion et une adresse fixe rue Montmartre, avec les mêmes exigences, à savoir un rapport qualité-prix imbattable. Burger à 8€, menu à 10€, le même prix qu’un McDo, le goût en plus, les anti-vomitifs en moins. Notre préféré ? “Le Bleu” : boeuf haché fumé, fourme d’Ambert dégoulinante, oignons caramélisés, mayo (maison) et sauce au porto. A tester de toute urgence place de la Madeleine ou chez soi… grâce au livre de recette éponyme…

Instragram

Les food-trucks, un parcours balisé

Tout le monde ne peut pas devenir du jour au lendemain un cuisinier ambulant. En effet, la cadre législatif des food-trucks est soumis à une réglementation très stricte.

Quel statut dois-je choisir ?

Dans ce domaine, vous avez l’embarras du choix entre le statut individuel (autoentrepreneur) ou sociétaire (SARL, SAS…). Il faut bien distinguer une activité commerciale et artisanale.

  • Artisanale : vous fabriquez vos plats à partir de produits frais (pizzas, tartes, burgers etc…) et dans le but d’être consommés immédiatement, sur place ou à emporter.
  • Commerciale : vous revendez des produits que vous n’avez pas fabriqués vous-même

Ensuite, selon le statut choisi, différentes formalités à accomplir auprès de la Chambre des métiers, la Chambre de commerce ou le greffe du tribunal de commerce sont à prévoir. Pour tout faire dans les règles de l’art, rapprochez-vous d’un expert-comptable.

Quel véhicule et quelle formation ?

Le véhicule doit répondre aux normes et aux règles liées à l’hygiène des denrées alimentaires (identiques à celles imposées aux restaurants traditionnels). De plus, le food-truck doit également respecter les règles de sécurité annoncées par le code de la construction et de l’habitation relatifs aux ERP (établissements recevant du public). Enfin, une formation spécifique de 14 heures sur les normes d’hygiène est obligatoire.

Quel emplacement ?

Certainement l’étape la plus difficile et la plus longue. Un food-truck ne peut pas s’implanter sauvagement n’importe où dans la rue. Il faut au préalable monter un dossier et faire une demande auprès de la municipalité ou de la préfecture afin d’avoir une autorisation. Une alternative s’offre à vous en cas de démarches administratives interminables : le lieu privée. En effet sur ce type d’emplacement, la décision ne revient pas à la ville mais au propriétaire : parking de bureau,  enceinte d’une entreprise..

Quelle gestion comptable ?

D’un point de vue gestion, un food truck aura le même type de comptabilité qu’un restaurant. Pour se simplifier la vie, il est grandement conseillé d’investir dans un outil de caisse enregistreuse intelligente sur tablette du type Addict, Cashpad ou Popina. En plus de l’encaissement, ce type d’outil est capable de vous fournir une mine d’informations et de services comme vos statistiques de produits vendus, la possibilité de mettre en place des avantages clients, l’envoi de sms ou e-mail pour informer votre base de données de vos promotions…

Si votre activité se développe rapidement, ce type de données peut s’avérer être une véritable mine d’or marketing. Encore faut-il savoir les lire, les analyser et les comprendre. Chez Fred de la compta, nous proposons un accompagnement sur-mesure des food trucks et des restaurants grâce à une optimisation et une automatisation de ces informations. Bientôt avec notre expertise, vous serez capable de gérer vos stocks au steak haché près… Entre food truck et food tech, il n’y a qu’un pas. À vous de le franchir.