À découvrir : Encore, le magazine d’une génération culottée.

Entrepreneur

Voilà 3 ans que Marie a créé Encore, un magazine dédié à l’entrepreneuriat qui aborde le sujet de manière ludique et romanesque. Autrement dit, il s’agit d’une mise en abîme grandiose, à laquelle nous vous invitons aujourd’hui à participer.

💎 Peux-tu nous en dire plus sur les débuts de l’aventure Encore magazine ?

Depuis que je suis jeune j’ai une passion pour les magazines (j’ai dû en acheter des centaines…) et c’était quelque chose que j’avais envie de faire un jour puisqu’en plus j’étais journaliste. Et après au moins 10 projets auto-censurés ou pas assez aboutis j’ai eu l’idée de Encore, et j’ai senti que c’était le bon sujet et le bon moment pour moi alors j’ai décidé de me lancer. D’abord sur internet pour tester le projet et créer une communauté jusqu’au lancement du premier magazine papier. Ça a tout de suite bien pris et les gens ont été vite super enthousiastes autour du projet, aussi bien du côté de ceux qui ont partagé leur expérience que des lecteurs donc on poursuit l’aventure.

💎 Produire un format papier à l’ère du tout-digital est un choix audacieux, qu’est-ce qui vous a poussé à franchir le pas ? Quelles ont été les différentes étapes de votre développement ?

La team Dear Muesli raconte comment elle a décidé de conquérir le monde à coup de granola. C’est le premier BE KIND REWIND by Encore.

C’est sûr mais en même temps, j’étais motivée par le fait qu’il existait énormément de magazines indépendants (notamment à l’international) sur des modèles un peu différents de ce que l’on peut trouver en kiosque, des revues plus épaisses, plus ciblées et sur une périodicité un peu différente (nous sommes un semestriel). Et surtout, l’idée de départ était de raconter des histoires illustrées par de belles photos, le papier s’y prêtait mieux que le digital. Mais le web nous a permis de lancer le projet sans trop de risques et sans trop d’investissement. On a pu développer une communauté en un an pour lancer une campagne de crowdfunding et financer notre premier numéro. Aujourd’hui, nous préparons le numéro 4 et maintenant que la revue papier a trouvé un rythme de croisière, l’enjeu est de développer une proposition éditoriale sur le digital, complémentaire du magazine papier. On a complètement revu la structure du site, on vient de lancer les formats vidéos et on a un podcast en préparation. Et en parallèle de tout ça, on développe toujours la partie agence et production de contenus pour les marques et médias.

💎 Fort de votre expérience réussie sur KissKissBankBank, quels conseils donneriez-vous aux entrepreneurs qui souhaiteraient financer leur projet grâce au crowdfunding ?

C’est une super opportunité de pouvoir faire ça aujourd’hui donc il faut en profiter mais je pense qu’il s’agit de le faire au bon moment et de vraiment préparer les choses car a priori il est difficile de solliciter les gens plusieurs fois sur un même projet. Si je peux donner un conseil, ce serait de lancer le projet et commencer à créer une petite communauté (ne serait-ce que sur les réseaux sociaux par exemple) avant de lancer la campagne. Comme ça le jour où on ouvre à la participation, on ne reçoit pas que de la part de la famille et des amis mais aussi de gens qui souhaitent vraiment aider le projet. La deuxième chose est qu’il faut vraiment bien préparer sa campagne et y consacrer du temps. Il faut bien définir ses contributions, miser sur une belle page qui explique bien le projet et faire en sorte que les gens aient envie de soutenir. Ca dure un mois (plus ou moins) et il faut être à fond pendant cette période pour animer la page, communiquer, répondre aux questions… Et il ne faut surtout pas hésitez à solliciter les équipes des plateformes comme KKBB ou Ulule, ils sont là pour aider et faire en sorte que les campagnes se passent bien.

💎 Comment se déroule la production du magazine ? Comment choisissez vous les personnes avec lesquelles vous collaborez sur les différents numéros ?

La production du magazine se déroule assez simplement. On définit le sommaire avec le « comité de rédaction » et les différents contributeurs et on attribue les sujets. On cale ensuite les shootings photos et les illustrations tout en avançant avec Dune, notre DA, sur la maquette. En général, on essaie de prendre de l’avance et bien caler les choses mais on a souvent des imprévus ou des choses qui changent en cours de route et on termine toujours à la bourre… mais on imprime à temps !

On choisit les portraits au feeling en fonctions des rencontres et des histoires de chacun. On essaie de trouver des histoires et des expériences fortes et de beaux projets dans lesquels les gens peuvent trouver de l’inspiration, de la motivation, des conseils.. ou simplement se dire : « Wouah, l’histoire de ce mec est dingue ! ». On essaie de trouver un équilibre entre des gens plus connus et d’autres moins et une variété dans les domaines. Ensuite, les dossiers et le reste des rubriques viennent assez naturellement en fonction de ce qu’on observe au quotidien.

💎 Quelles sont les principales leçons que vous avez tiré des nombreux témoignages d’entrepreneurs que vous avez recueillis jusqu’ici ?

J’en ai retenu des centaines ! Un jour j’écrirais un livre avec tout ça… Chaque interview apporte son lot de leçons et on y trouve toujours des choses à retenir pour la suite quelque soit l’ambition de chacun. Pour moi, celle qui m’ont marqué seraient de ne pas oublier les raisons pour lesquelles on a lancé ce projet, rester en accord avec ses valeurs et ses idéaux, savoir dire oui, savoir dire non, parler et échanger au maximum avec d’autres entrepreneurs ou créatifs, bien s’entourer, faire confiance, avoir une bonne hygiène de vie parce que c’est sport… et ne pas oublier que la vie est longue et qu’il ne faut pas toujours tout précipiter, il faut parfois aussi savoir prendre le temps de faire les choix importants. Et enfin, ne pas toujours suivre les conseils des autres, parfois il faut se fier à son instinct.

💎 “Épanouissant” fait partie des adjectifs qui reviennent régulièrement dans la bouche des porteurs de projets que vous rencontrez. Est-ce le mot que tu utiliserais pour décrire ta propre expérience ?

Oui complètement. Je pense que ce qu’on vit peut être difficile à comprendre pour certaines personnes car développer un projet demande beaucoup d’investissement, de travail et parfois de sacrifices mais c’est tellement enrichissant de vivre ce genre d’expérience. Quand on voit son idée prendre forme et devenir un projet dans lequel d’autres personnes s’investissent, qui voyage chez les gens, qui suscite un intérêt, c’est génial. Vivre cette expérience est une succession de choix, de rencontres, d’émotions, de bons et parfois de mauvais moments, c’est vraiment intense. Et d’un point de vue personnel c’est très épanouissant, c’est con mais ça fait grandir.

💎 Que penses-tu du “demain, tous entrepreneurs” qui a déchaîné les passions pendant cette campagne présidentielle ?

Je pense que c’est bien de porter cette énergie et l’idée que tout le monde puisse entreprendre — pour moi au sens de « faire ». Car on a tous des idées et c’est bien parfois d’en concrétiser quelques unes, juste parce que ça fait du bien, que ça fonctionne ou pas. Après, je ne pense pas que tout le monde soit fait pour ce style de vie, mais comme aujourd’hui on a presque tous la possibilité de se lancer, ça vaut la peine d’y réfléchir.

💎 Sur quels projets travaillez-vous actuellement ? Avez-vous prévu d’effectuer une nouvelle levée de fond ?

On travaille aujourd’hui sur le développement du média sur le digital en proposant de nouveaux contenus, nous préparons des événements pour la rentrée et on continue à développer notre travail avec les marques et médias avec l’agence. Pour le moment, pas de nouvelle levée de fonds de prévue mais les investisseurs sont les bienvenus.

💎 Quel type de gestionnaire êtes-vous, plutôt stratège ou plutôt phobique ? Comment avez-vous géré la croissance d’Encore ?

Bonne question ! Ce n’est ni une phobie, ni ma passion, mais je gère. Et plus les projets avancent et plus j’y prends goût ! J’ai lancé l’agence de production en 2008 donc j’ai appris beaucoup de choses ces dernières années et j’ai pu m’entourer de gens compétents. J’ai aussi la chance d’avoir des parents entrepreneurs qui sont toujours de bons conseils et aujourd’hui 2 associés avec on peut échanger sur la croissance ! C’est passionnant de se pencher sur la stratégie et de tester au quotidien.

💎 Peut-être n’es-tu pas de ceux qui envisagent la comptabilité comme un fardeau ?

Non pas du tout ! Quand on a un bon comptable ce n’est pas si compliqué à comprendre et en étant pas trop mal organisé on peut faire en sorte de ne pas y passer trop temps. Et d’un point de vue général, je pense qu’il est important pour un gestionnaire de projet de se pencher régulièrement sur les chiffres dans le détail.